L’intangible et la ncessit: arabe et kiswahili en islam d’Afrique orientale

L’arabe, vecteur de la rvlation coranique, s’est impos et demeure la langue canonique de l’islam en Afrique orientale. Pendant des sicles, il est rest l’apanage des arabophones acteurs des rseaux commerciaux ocaniques et dtenteurs du pouvoir politique dans les cits-comptoirs. Alors que le kiswahili s’est constitu, comme langue locale, dans une dynamique d’changes commerciaux et sociaux avant d’aborder les marges de l’islam, l’arabe est rest trs longtemps un marqueur des catgories sociales suprieures. Ce n’est que tardivement qu’une littrature swahili mergera. Les bouleversements intervenus la fin du XIXe sicle, avec le partage colonial et l’action des missions chrtiennes, puis l’intervention de musulmans du sous-continent indien, conduiront des remises en cause de la prminence arabe, notamment sur le plan religieux. Paradoxalement, dans une perspective rformiste, l’usage du kiswahili deviendra indispensable, sans pour autant remettre en cause la sacralit de la langue arabe. Enfin il est fait allusion l’acclration des moyens de communication et aux volutions politiques rcentes quant leurs effets sur les dynamiques sociolinguistiques. Bibliogr., notes, rs. en anglais et en franais. [Rsum extrait de la revue]

Title:L’intangible et la ncessit: arabe et kiswahili en islam d’Afrique orientale
Author: Penrad, Jean-Claude
Year:2008
Periodical:Revue des mondes musulmans et de la Mditerrane
Issue:124
Pages:27-45
Language:French
Geographic term:East Africa
Abstract:L’arabe, vecteur de la rvlation coranique, s’est impos et demeure la langue canonique de l’islam en Afrique orientale. Pendant des sicles, il est rest l’apanage des arabophones acteurs des rseaux commerciaux ocaniques et dtenteurs du pouvoir politique dans les cits-comptoirs. Alors que le kiswahili s’est constitu, comme langue locale, dans une dynamique d’changes commerciaux et sociaux avant d’aborder les marges de l’islam, l’arabe est rest trs longtemps un marqueur des catgories sociales suprieures. Ce n’est que tardivement qu’une littrature swahili mergera. Les bouleversements intervenus la fin du XIXe sicle, avec le partage colonial et l’action des missions chrtiennes, puis l’intervention de musulmans du sous-continent indien, conduiront des remises en cause de la prminence arabe, notamment sur le plan religieux. Paradoxalement, dans une perspective rformiste, l’usage du kiswahili deviendra indispensable, sans pour autant remettre en cause la sacralit de la langue arabe. Enfin il est fait allusion l’acclration des moyens de communication et aux volutions politiques rcentes quant leurs effets sur les dynamiques sociolinguistiques. Bibliogr., notes, rs. en anglais et en franais. [Rsum extrait de la revue]