La capacit de la Cte-d’Ivoire repondre aux besoins alimentaires de sa population

L’auteur pose la problmatique alimentaire de la Cte-d’Ivoire en esquissant un bilan production-consommation, bas d’abord sur une analyse de l’volution des productions alimentaires ivoiriennes sur les plans quantitatif et qualitatif. On constate une rgression de la part des productions vivrires dans la production agricole totale (en volume et en valeur), lie en partie la baisse de la population rurale. Sur le plan qualitatif, ces productions ne fournissent pas la ration ncessaire en protines. Face cela, les besoins en produits alimentaires augmentent avec l’urbanisation en particulier dans le secteur des crales (riz) dont une grande partie est importe. Une projection dans le moyen terme des tendances constates montre que le bilan alimentaire ne restera globalement quivalent qu’au prix d’un effort trs important demand aux paysans, des dficits sectoriels subsistant pour le riz et la banane-plantain. En conclusion, l’auteur propose des pistes de rflexion et de recherches pour tirer parti des importantes potentialits (cologiques et humaines) dont dispose la Cte-d’Ivoire. Notes, tab.

Title:La capacit de la Cte-d’Ivoire repondre aux besoins alimentaires de sa population
Author:Amagou, V.
Year:1980
Periodical:Cahiers ivoiriens de recherche conomique et sociale
Issue:27
Pages:13-29
Language:French
Geographic term:Ivory Coast – Cte d’Ivoire
Subject:food production
Abstract:L’auteur pose la problmatique alimentaire de la Cte-d’Ivoire en esquissant un bilan production-consommation, bas d’abord sur une analyse de l’volution des productions alimentaires ivoiriennes sur les plans quantitatif et qualitatif. On constate une rgression de la part des productions vivrires dans la production agricole totale (en volume et en valeur), lie en partie la baisse de la population rurale. Sur le plan qualitatif, ces productions ne fournissent pas la ration ncessaire en protines. Face cela, les besoins en produits alimentaires augmentent avec l’urbanisation en particulier dans le secteur des crales (riz) dont une grande partie est importe. Une projection dans le moyen terme des tendances constates montre que le bilan alimentaire ne restera globalement quivalent qu’au prix d’un effort trs important demand aux paysans, des dficits sectoriels subsistant pour le riz et la banane-plantain. En conclusion, l’auteur propose des pistes de rflexion et de recherches pour tirer parti des importantes potentialits (cologiques et humaines) dont dispose la Cte-d’Ivoire. Notes, tab.