Aux sources du libralisme gyptien

Les prcurseurs du libralisme gyptien ont au XIXe sicle construit un mythe de Paris, ville de la libert, de la science et de l’galit des droits. Les constructeurs de l’idologie taient surtout Rif’a al-Tahtw et ‘Al Mubrak. Les discours d’Ahmad ‘Orbi et d”Abdallah Nadm permettent ensuite de cerner les contraintes du rel, ou les impasses de l’gypte aprs Muhammad Ali et le sens des vnements qui se succdrent jusqu’ l’occupation de l’gypte par les Anglais en 1882. La crise du tournant du sicle, enfin, se reflte dans le ‘Hadth ‘Is ben Hism’ d’al-Muwaylihi. Dans le cas de l’gypte, en l’absence des conditions de possibilit qui auraient permis de la raliser, l’idologie de la libert va aider la formation de bourgeoisies dpendantes, lesquelles maintiendront la libert comme mot d’ordre et le modle constitutionnel franais comme idal de gouvernement, tandis que leur actualisation restera toujours problmatique. L’galit, elle, ne dpassera jamais les statuts de programmes et la fraternit se limitera, des rares exceptions prs, aux membres d’un mme groupe. Notes, rf.

Title:Aux sources du libralisme gyptien
Author:Rachid, Amina
Year:1989
Periodical:Revue des mondes musulmans et de la Mditerrane
Issue:52-53
Pages:124-131
Language:French
Geographic term:Egypt
Abstract:Les prcurseurs du libralisme gyptien ont au XIXe sicle construit un mythe de Paris, ville de la libert, de la science et de l’galit des droits. Les constructeurs de l’idologie taient surtout Rif’a al-Tahtw et ‘Al Mubrak. Les discours d’Ahmad ‘Orbi et d”Abdallah Nadm permettent ensuite de cerner les contraintes du rel, ou les impasses de l’gypte aprs Muhammad Ali et le sens des vnements qui se succdrent jusqu’ l’occupation de l’gypte par les Anglais en 1882. La crise du tournant du sicle, enfin, se reflte dans le ‘Hadth ‘Is ben Hism’ d’al-Muwaylihi. Dans le cas de l’gypte, en l’absence des conditions de possibilit qui auraient permis de la raliser, l’idologie de la libert va aider la formation de bourgeoisies dpendantes, lesquelles maintiendront la libert comme mot d’ordre et le modle constitutionnel franais comme idal de gouvernement, tandis que leur actualisation restera toujours problmatique. L’galit, elle, ne dpassera jamais les statuts de programmes et la fraternit se limitera, des rares exceptions prs, aux membres d’un mme groupe. Notes, rf.