Algrie: comment briser le ‘Front national du rejet’?

moins de deux mois des premires lections lgislatives relles de l’Algrie indpendante, dans la premire quinzaine de juillet 1991, deux grandes hypothses de travail se prsentent: ou bien le Front islamique du salut (FIS) l’emporte nouveau en voix et en siges, ou bien la nouvelle loi lectorale et certains facteurs d’rosion de l’lectorat du FIS, parviennent se conjuguer pour permettre au FLN de rester un parti charnire et de conserver substantiellement ‘la socit militaire’ sa place dans l’tat. Risque que le FLN se croit lgitim de pratiquer la fraude sur une grande chelle par la satanisation du FIS l’extrieur, risque que le parti, absolument xnophobe au sein du FIS tire argument de cette satanisation pour pousser des ruptures, ce sont l les plus grands risques de drapage au lendemain du second tour des lections. La gographie des rsultats lors des lections locales de juin 1990 confirme que les racines du succs islamiste en Algrie sont sociales et trs secondairement religieuses. La stratgie de la direction du FLN encourage directement l’lectorat potentiel des formations non islamistes choisir tout de mme le FIS au second tour et, souvent, ds le premier. Contre le projet totalitaire et populiste du FLN, on a suscit un projet peut-tre aussi populiste et totalitaire mais qui a le mrite, aux yeux de la masse, d’tre apparemment au nadir du prcdent. Rien n’apparat aujourd’hui de bon augure pour la dmocratie en Algrie. Notes, rf.

Title:Algrie: comment briser le ‘Front national du rejet’?
Author: Kalflche, J.-M.
Year:1991
Periodical:Gopolitique africaine
Issue:3
Pages:23-32
Language:French
Geographic term:Algeria
Abstract: moins de deux mois des premires lections lgislatives relles de l’Algrie indpendante, dans la premire quinzaine de juillet 1991, deux grandes hypothses de travail se prsentent: ou bien le Front islamique du salut (FIS) l’emporte nouveau en voix et en siges, ou bien la nouvelle loi lectorale et certains facteurs d’rosion de l’lectorat du FIS, parviennent se conjuguer pour permettre au FLN de rester un parti charnire et de conserver substantiellement ‘la socit militaire’ sa place dans l’tat. Risque que le FLN se croit lgitim de pratiquer la fraude sur une grande chelle par la satanisation du FIS l’extrieur, risque que le parti, absolument xnophobe au sein du FIS tire argument de cette satanisation pour pousser des ruptures, ce sont l les plus grands risques de drapage au lendemain du second tour des lections. La gographie des rsultats lors des lections locales de juin 1990 confirme que les racines du succs islamiste en Algrie sont sociales et trs secondairement religieuses. La stratgie de la direction du FLN encourage directement l’lectorat potentiel des formations non islamistes choisir tout de mme le FIS au second tour et, souvent, ds le premier. Contre le projet totalitaire et populiste du FLN, on a suscit un projet peut-tre aussi populiste et totalitaire mais qui a le mrite, aux yeux de la masse, d’tre apparemment au nadir du prcdent. Rien n’apparat aujourd’hui de bon augure pour la dmocratie en Algrie. Notes, rf.